No-Poo | Shampoing Rhassoul VS Shikakaï

No-Poo | Shampoing Rhassoul VS Shikakaï

Dans mon dernier article sous le thème des soins capillaires [ici] , je tirais le portrait de Jeannot, mon cuir chevelu, et vous expliquais à quel point il peut se montrer capricieux et impitoyable.

Mon ressenti à ce propos c’est tout simplement que les shampoings du commerce, bios ou non, sont composés de milliards d’ingrédients dont la moitié ont des noms qui ne nous évoquent queudalle et te donnent juste envie de tout plaquer pour aller te laver de la tête aux pieds au savon de Marseille (ce qui n’est pas une bonne idée, j’ai testé… deux mots : ça grince.)
Thanks for Jeannot, il existe d’autres alternatives pour se décrasser le crâne et rester fraîche, propre et potable au quotidien. Sur l’ échafaud le banc d’essai aujourd’hui : le rhassoul et la poudre de shikakaï pour savoir qui est le winner et qui va devoir repartir comme la France à la fin de la finale de l’Euro. Et oui, j’étais obligée.

 
Rhassoul     
Le rhassoul est une poudre qui provient d’un minerai naturel. Chez Aroma Zone ils le qualifient d'”argile volcanique” et nous informe qu’il est tout simple obtenu par séchage au soleil. Plus simple tu meurs.
 
Shikakai
 
Quant à elle, la poudre de shikakaï provient de la cosse du fruit éponyme qu’on aura séchée puis réduite en poudre.

 

 

 



Rhassoul      &    Shikakai
 
Pour les deux poudres, le principe est exactement le même : les mélanger à de l’eau (ou à un hydrolat) jusqu’à obtention d’une pâte assez fluide pour pouvoir être étalée mais suffisamment épaisse pour ne pas dégouliner pendant la pose. 

Attention : la poudre de shikakaï, ça pue ça sent le tabac (mais genre vraiment) et la poudre est particulièrement volatile donc on remue pas ça comme un détraquée parce que sinon on est bon pour repeindre les murs ! 
 

Ensuite, j’applique la pâte sur mon cuir chevelu, raie par raie avec ce qui semble être un pinceau, de ceux qu’on trouve dans les colorations à faire de supermarchés. Je ne sais pas d’où je le sors étant donné que je ne me suis jamais coloré le poil mais enfin, vous pouvez en trouver dans les magasins spécialisés dans la coiffure ou en gratter un vieux à votre coiffeuse/coiffeur. 





Rhassoul 

La première fois que je me suis faite un shampoing au rhassoul, j’ai gardé ma tête boueuse pendant plus de 30 minutes, CE QUI EST BEAUCOUP TROP. Après, je me suis retrouvée avec le cuir chevelu hyper desséché qui commençait à me faire des pellicules ! J’avais aussi une impression de cheveux qui accrochent au point qu’on avait la sensation qu’ils collaient au toucher, impossible de passer ma main dedans !
La bonne marche à suivre, c’est de poser la mixture, de la laisser poser le temps de prendre son pyjama, de se savonner le corps soit 5 ou 10 minutes MAX, puis de rincer.
Shikakai
Avec l’expérience que j’avais eu avec le rhassoul, je savais déjà qu’il n’y nul besoin de laisser le bazar reposer des heures, même si les 5 premières minutes sont indispensables !
Plus on laisse poser le bazar, plus on obtient un résultat de crinière gainée et texturée. A voir ce qui te botte le plus !

 

 

(euh… après un rinçage ultra abondant pour l’un comme pour l’autre, bien entendu !)

 

                                    Rhassoul   
Après utilisation, mes cheveux sont propres. Mais, ce n’est pas tout … Le rhassoul a cette particularité de texturiser les cheveux, de leur donner cette texture qui accroche comme ça peut être le cas après avoir utilisé du shampoing sec. Je sais que beaucoup de personnes aiment cette effet voire sont à ça recherche, mais moi je dois avouer que ce n’est pas ce que je préfère.
Paradoxalement, le fait de texturiser va avec un effet que j’aime tout particulièrement : le rhassoul donne beaucoup de volume à mes cheveux et décolle mes racines comme un charme !
Pour garder cette chevelure de lionne, il me reste un geste à avoir : l’après-shampoing ou, dans mon cas précis, l’huile sans rinçage, ce geste dont je vous parlais dans cet article. Mes cheveux étant très longs, le rhassoul assèche un peu mes longueurs et pointes.
La légende urbaine voudrait que le rhassoul aide à réguler la production de sébum de cuir chevelu, et c’est totalement vrai pour une fois ! C’est beaucoup plus facile de rester 3 – 4 jours sans me laver les cheveux, je pense que c’est l’idéal quand on a envie d’espacer les shampoings !

 

Shikakai

Crâne clean : check !

On garde l’effet texturisant, mais plus modérément ce qui n’est pas pour me déplaire.
Après utilisation, mes racines sont bien décollées pour un effet on ne peut plus volumineux !
Quelque chose que je ne retrouve pas, ou en tout cas pas autant, avec le rhassoul : la poudre de shikakaï m’adoucit les cheveux, ce qui est point plutôt important pour moi. Je voudrais éviter que mon mec (ou moi) ait l’impression de caresser une botte de foin quand il passe sa main dans mes cheveux…
Niveau espacement des shampoings : c’est PHÉNOMÉNAL  ! J’ai pu rester 4 jours sans me laver les cheveux et j’aurais largement pu attendre un jour de plus ! Je suis vraiment émerveillée, depuis le temps que je cherchais quelque chose qui puisse m’aider à me rapprocher de mon objectif d’un lavage par semaine !

Longueur imposante oblige : mes pointes se retrouveraient en bien mauvaise position si j’utilisais ce shampoing sans après-shampoing ni huile sans rinçage, donc on ne perd pas les mauvaise habitudes !

 

 verdict 

Entre les deux mon coeur balance mais je dois dire que j’ai tout de même une petite préférence pour la (le?) Shikakaï ! Je la trouve en réalité plus adaptée  à l’utilisation en tant que  shampoing, alors que le rhassoul peut servier à peu près à tout, on reparlera d’ailleurs !

Maintenant j’essaie de voir ce que je peux rajouter à ma mixture comme de la glycerine végétale ou des huiles essentielles mais je ne sais pas encore tombée sur une recette qui vaille le coup d’être partagée ici ! 

Avez-vous déjà testé une poudre lavante ?
Connaissez-vous d’autres alternatives aux shampoings classiques ?

 

Cet article a 3 commentaires

  1. Bonjour! Merci pour cet article qui m'a permis de me rendre compte de la cause de mes pellicules soudaines: je laisse le rhassoul trop longtemps sur ma tête! A part ça j'en suis enchantée, je le prépare d'avance dans un grand pot avec des gouttes d'huile essentielle d'Ylang-ylang (merveilleux pour nourrir les cheveux, parfum exquis et pas besoin d'après-shampoing), et effectivement je tiens facilement 4 à 6 jours entre les shampoings (contre 2-3 auparavant). Ton article m'a donné envie d'essayer le shikakai. A bientôt!

  2. Bonjour! Merci pour cet article qui m'a permis de me rendre compte de la cause de mes pellicules soudaines: je laisse le rhassoul trop longtemps sur ma tête! A part ça j'en suis enchantée, je le prépare d'avance dans un grand pot avec des gouttes d'huile essentielle d'Ylang-ylang (merveilleux pour nourrir les cheveux, parfum exquis et pas besoin d'après-shampoing), et effectivement je tiens facilement 4 à 6 jours entre les shampoings (contre 2-3 auparavant). Ton article m'a donné envie d'essayer le shikakai. A bientôt!

  3. Hello ! Je suis une fan des poudres ayurvédiques 😀 Bon j'ai la flemme de faire des no poo du coup j'intègre le shikakaï, kappoor et autres magies indienne à mes recettes de shampoings solide.Mais quand j'ai le courage je fait surtout avec le shikakai, je n'ai jamais testé le rhassoul d'ailleurs.. Par contre l'odeur de tabac je n'aurais pas dit ça mdr. ça pue par contre.. mais ça sent quoi… je n'arrive pas à déterminer :-pTu as testé la poudre de Sidr ? C'est vraiment top mais une misère à rincer par contre..bises!

Laisser un commentaire

Fermer le menu