Latest Readings #8 | La Belle Sauvage de Philip Pullman

Ma toute première lecture de cette année 2018 est cette dernière merveille de notre grand Philip Pullman, dont j’ai été mais tellement heureuse d’apprendre le retour ! Je me souviens avoir dévoré et complètement adoré le premier tome de la saga Royaumes de Nord : A la croisée des Mondes, même si je n’ai pas achevé la lecture des deux tomes qui suivaient car trop sombres pour moi et finalement je n’avais pas été très convaincue. C’est alors en me baladant chez Cultura que je suis tombée sur La Belle Sauvage, ignorant complètement que le Pullman était back in the game fin 2017 ! J’ai même douté qu’il s’agisse de ce même auteur, c’est vous dire ! Soit, aussitôt terminé ma lecture en cours, je me suis jetée dessus.
 Résumé :  A l’auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieux chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son daemon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ? Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d’ équipée, doivent s’enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm.
Mon ressenti : Autant vous le dire tout de suite, ce livre a été une vraie réussite chez moi.
D’abord, j’ai été super heureuse de retrouver l’univers de Lyra, l’univers des âmes qui prennent la forme d’animaux, cet univers où se cotoient humains et créatures magiques. Il n’a pris aucune ride et tout est toujours aussi bien huilé, aussi complet et finalement je ne m’attendais pas à autre chose de la part de ce maître de la SF.
Le personnage principal et narrateur est un enfant, Malcolm, ce que je redoute toujours un petit peu dû à la naïveté et au manque volontaire d’analyse de la situation qui est propre aux enfants qui me contrarie parfois. Cependant, j’ai adoré dans ce roman que le protagoniste soit justement un enfant dans la mesure où le lecteur devient le témoin du passage de Malcolm de l’état d’enfant à adulte du fait de toutes les épreuves auxquelles il va devoir faire face, des gens qu’il va rencontrer et des décisions qu’il va devoir prendre. J’ai trouvé cette mutation complètement fascinante et ça rend l’attachement à ce personnage obligatoire, puisque finalement on ne peut que tous s’y retrouver un peu.

 L’éventail des nouveaux personnages est assez restreint, ce que j’ai apprécié parce que finalement on connaît déjà pas mal de personnages et c’est toujours appréciable de ne pas se retrouver à ne plus savoir qui est qui. D’ailleurs, on retrouve quelques « visages » familiers comme Coram le gitan, la sorcière Serafina Pekkala, Madame Coulter et le mystérieux Lord Asriel qui est certainement l’un des mes personnages préférés et dont j’ai envie de découvrir tous les secrets !

J’ai trouvé la trame un POILOU répétitive, non pas par rapport aux livres précédents mais dans son propre cycle ; mais finalement c’est pour la bonne cause. Je ne peux pas trop m’étendre sur le sujet car j’ai toujours voulu préserver autant que possible l’histoire des livres que je présente ici donc je vous laisse découvrir ça par vous même. Tout se passe dans les environs de cet Oxford parallèle et magique qui s’inspire de la vraie ville dans laquelle j’ai le rêve secret de passer une petite partie de ma vie, peut-être un mois, peut-être un an. J’aime énormément l’ambiance que donne l’Angleterre aux histoires, quel que soit le genre littéraire je trouve toujours que tout est teinté de cette âme britannique aux effluves de rues pavées et de bibliothèques lambrissées du sol au plafond.

Le monde magique de Lyra se dévoile un peu plus à nous dans ce premier tome d’une saga qui s’intitule « La Poussière » et qui comprendra apparemment trois tomes. Je me dis que s’il sait déjà qu’il n’y en a que trois, c’est qu’il les a déjà écrits et que donc on ne devrait pas trop attendre avant de les voir être publiés. En tout cas, c’est ce que je me dis. Je suis plus qu’impatiente car j’ai dévoré celui-ci en seulement 4 jours et tout ça m’a laissé un goût de « C’était trop court » malgré ses 500 pages.

L’avez vous lu ? Avez-vous envie de le lire ?
 
blog-belle sauvage-2
 

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *