Fête du cinéma 2019 : ce que je suis allée voir

Fête du cinéma 2019 : ce que je suis allée voir

 

Cette année, j’ai profité de la Fête du cinéma plus intensément que les années précédentes en allant voir 3 films. Étant donné que je suis une fan du septième art (et de popcorn…) et que j’en parle très peu ici, j’avais envie de vous faire ce petit article, notamment puisqu’ils sont toujours à l’affiche au moment où je publie cet article ! De quoi vous orienter dans votre choix pour votre prochaine soirée ciné 🙂

 

🎬 Parasite

Synopsis : Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne…

Ma critique : Je ne suis pas une grande habituée du cinéma asiatique en général, d’ailleurs il en va de même pour la littérature. J’avoue que j’ai souvent essuyé des échecs et j’avais dû en conclure que ce n’était pas pour moi. C’est donc un peu à reculons que j’ai suivi mon mec à cette première séance de laquelle je n’attendais pas grand chose et finalement… J’ai vraiment aimé ce film.

En soi, la trame n’a rien de très innovant, et si ça avait été réalisé par une équipe américaine je me serais certainement endormie à mi-chemin. Mais c’est justement parce que c’est une production coréenne que le tout prend vie d’une manière qui m’a vraiment touchée.

En réalité cette trame n’est qu’une excuse que Bong Joon Ho utilise pour pouvoir nous dépeindre le paysage socio-économique de la Corée du Sud et ses grandes inégalités. Même si je n’ai pas assez de références pour en être certaine, j’ai eu l’impression que c’était assez inhabituel dans le cinéma coréen que d’abord ce genre de sujets très “révélateurs” plutôt que de se tourner vers les intrigues amoureuses et familiales.

J’ai aimé ce film aussi parce qu’il est très facile de s’identifier à cette famille touchée par la précarité, notamment quand on vient soi-même d’un milieu modeste. La simplicité, les rires, autant de la brutalité du quotidien, sont retranscrits avec beaucoup de vivacité. Tout est très fidèle à ce à quoi ressemble la vie dans une classe sociale défavorisée.

Autant vous le dire tout de suite : c’est un film dont on ne sort pas complètement indemne. Il nous laisse comme une impression pesante, un peu comme ce goût acid de vinaigre qui nous reste dans la bouche après avoir mangé des cornichons. Si le film commence sur une note quasi humoristique, la trame va crescendo dans l’obscurité et la violence à tel point qu’au fil de la séance j’ai eu l’impression de m’enfoncer peu à peu dans mon siège.

C’est une fiction avec du suspense, de l’action et de l’humour, qui se veut porteuse d’un message très fort, son visionnage est quasi nécessaire. Je vous le recommande.

Ma note : ⭐⭐⭐⭐☆

🎬 Toy Story 4

Synopsis : Woody a toujours privilégié la joie et le bien-être de ses jeunes propriétaires – Andy puis Bonnie – et de ses compagnons, n’hésitant pas à prendre tous les risques pour eux, aussi inconsidérés soient-ils. L’arrivée de Forky un nouveau jouet qui ne veut pas en être un dans la chambre de Bonnie met toute la petite bande en émoi. C’est le début d’une grande aventure et d’un extraordinaire voyage pour Woody et ses amis. Le cowboy va découvrir à quel point le monde peut être vaste pour un jouet…

Ma critique : Je me sentie trop vieille pour ce film. Pourtant, Toy Story fait carrément partie du Top 15 de mes films d’animations favoris, d’ailleurs j’adore ça et je trouve que plus ça va, plus les studios d’animation incluent des notions intéressantes dans leurs films (dangers d’internet, adolescence, féminisme…) mais je n’ai pas trouvé que c’était vraiment le cas dans ce quatrième opus, en tout cas pas de manière assez concrète…

Je vais même vous dire, je commençais un peu à m’ennuyer vers la fin. La fin s’étend un peu en longueur, on sait pertinemment ou presque ce qu’il va se passer ou presque…

Par contre, j’ai adoré les deux (nouveaux) personnages de Ducky et Bunny, des peluches de fête foraine, qui m’ont carrément sauvée la mise parce qu’ils sont définitivement super drôles, le reste de la trame étant un peu larmoyant voire flippant (les vieilles poupées en mode le fiancé d’Annabelle merci mais euh… NON)

Pour conclure, je ne pourrais pas dire que j’ai détesté Toy Story 4 mais il est, selon moi, vraiment destiné à un public assez jeune et fonctionne beaucoup moins bien en mode “de 7 à 77 ans” que d’autres.

Ma note :  ⭐⭐☆☆☆

🎬 Tolkien

Synopsis : TOLKIEN revient sur la jeunesse et les années d’apprentissage du célèbre auteur. Orphelin, il trouve l’amitié, l’amour et l’inspiration au sein d’un groupe de camarades de son école. Mais la Première Guerre Mondiale éclate et menace de détruire cette « communauté ». Ce sont toutes ces expériences qui vont inspirer Tolkien dans l’écriture de ses romans de la Terre du Milieu.

Ma critique : Je ne sais même pas par où commencer pour vous exprimer à quel point j’ai aimé ce film, qui entre directement au palmarès de mes films favoris de cette année 2019.

Dans ce biopic de l’un des plus grands auteurs de fiction qu’ait porté ce monde (ah bah rendons à César ce qui appartient à César hein), on découvre une partie de la vie de l’auteur, de la mort de sa mère au début de sa période d’écriture (le film se termine lorsque écrit la première phrase du Hobbit).

L’amitié, les arts, l’amour et la  guerre sont les sujets prépondérants du film mais c’est certainement cette amitié qui lie Tolkien à trois autres garçons tous aussi attachants les uns que les autres, tous des artistes, qui m’a le plus touchée, je pense d’ailleurs que si on devait donner une définition de ce mot on pourrait d’ailleurs s’en servir comme référence. Par contre, horreur de la guerre oblige, c’est un film durant lequel on chiale des seaux, je tiens à le préciser.

Le casting de ce film est juste parfait (Lily Collins est d’une poésie, je meurs) et la photographie est à couper le souffle. L’histoire se déroule en grande partie en Angleterre, ce qui selon apporte toujours une ambiance spéciale, de par l’architecture et la palette de couleurs.

En résumé, j’ai tout aimé de A à Z dans cette dernière séance, in extremis le 3 Juillet. J’en suis ressortie toute tourneboulée, et avec une grande envie d’écrire.

Ma note : ⭐⭐⭐⭐⭐

 

Et vous ? Avez-vous profité de la Fête du cinéma cette année ?

Qu’êtes-vous allé(e)s voir ?

Cet article a 1 commentaire

  1. Pour ma part, je ne me rappelle plus de la dernière fois où je suis allée au cinéma. Par contre, tu m’as donné envie de découvrir le titre Parasite. Je te donnerai mon avis lorsque je l’aurai vu.

Laisser un commentaire

Fermer le menu